lundi 16 avril 2018

Entrer dans l'industrie

Home Forums Composition & Prod Entrer dans l'industrie

Ce sujet a 6 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  Le_Malin, il y a 8 heures et 29 minutes.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Messages
  • #959

    Ghandizilla
    Participant

    Bonjour tout le monde !

    Lançant mon site et m’engageant dans un premier concours de composition d’ici deux semaines, je commence à élaborer une stratégie pour transitionner (abandonner l’un de mes deux tafs pour être compositeur à mi-temps hein, pas changer de sexe).

    Tous les échos que j’entends sur l’industrie sont… disons-le : pessimistes. Ce que j’entends :

    (a) une majorité des clients ne voit pas l’intérêt d’une musique originale, confondant pertinence (la musique suit et explicite la trame narrative) et efficacité (conçue économiquement)

    (b) pour avoir un pied dans l’industrie et y être un minimum connu, il est bon d’y travailler à un autre titre (monteur, ingé son), mais à cause du point (a), on nous laissera peut-être faire la musique, mais on restera dans la majorité des projets payé uniquement pour les tâches techniques et de maintenance, même lorsqu’on aura fait la musique

    (c) alternativement, les library music, mais une immense majorité relèvent du « netariat » pour reprendre la terminologie de Bernard Stiegler

    (d) ne pas avoir de titres de « remplissage », minimaux, à son actif, est un handicap

    (e) n’écrire que de la musique orchestrale est un handicap (et réciproquement : la versatilité est un atout)

    Face à une telle conjoncture, que faire ? Y a-t-il des passerelles ou tout du moins des sites de library music ayant bonne réputation ?

    #960

    Daniel
    Admin bbPress

    Hello ! Vaste question ! J’ai trop de boulot la mais j’ai un article en cours sur le sujet.. Notamment car je trouve qu’en France on est un peu bloqué avec une philosophie légèrement euhh… déprimante ?
    N’écoute pas ce que disent les gens, surtout les pessimistes, il y a plein de boulot, l’accès au marché est mondial il faut pas se limiter à la France… La demande de musique est énorme, et peut être que oui le métier évolue, mais les pessimistes sont ceux qui ne s’adaptent pas !
    Il y a 1000 manières de vivre de sa musique, et grace à internet tout est « vraiment » possible !
    Maintenant il ne faut pas se précipiter, il vaut mieux avoir une vision à long terme sinon on sera vite déçu, ça ne va pas marcher en 3 mois et les morceaux que tu penses géniaux intéressent pas obligatoirement tout le monde.. Il vaut mieux voir sur 3 ans et diviser son boulot, s’adapter, voir grand tout en acceptant les petits jobs au début… En vrac ce qui me semble important:

    • Créer pour des librairies musicales ( ça permet d’apprendre de s’exercer, tt en rapportant un peu de sous): faire des musiques dans le style ou tu es le plus à l’aise, et dans le style à la mode… Il faut savoir s’adapter aussi ! A voir combien de morceaux tu peux faire par mois fais un planning…
    • Se faire un portfolio musique et vidéo: Participer à des concours, ou faire des scores sur des passages de films existant, ne pas hésiter à contacter les gens pour avoir la bande son sans musique.. Se faire un show reel, des extraits et un site qui fait le plus « pro » possible… Faut que sur ton site tu sois crédible… J’ai refait des musiques sur certaines vielles vidéos et j’ai eu du boulot grâce à ça, et après coup j’ai réalisé que les gens pensaient que j’étais le vrai compositeur haha (pourtant il était bien mentionné c’était un re-score  🙂 )
      Une fois que tu as assez des vidéos et de morceaux (je dirais 5 vidéos démos bien ficelé min.) tu commences à être plus crédible pour démarcher vraiment..
    • Proposer ses services à des étudiants: Il y a 1000 sites ou forums de créations vidéos, d’animations etc. On peut développer son portfolio et son réseau en faisant la musique de film d’étudiant en sélectionnant ceux qui paraissent de qualité quand même… j’ai pu faire celui la https://vimeo.com/168219813 et celui la https://vimeo.com/154842011 en rencontrant les réals sur des forums…
      Il faut accepter de ne pas se faire payer surtout au début pour se faire son portfolio, mais vérifier que les gars sont sérieux et que le projet est de qualité ! Exiger par contre qu’un lien cliquable (avec http://www. ) vers ton site soit sur la description de la vidéo et dans les crédits et les outils de promo (gfx etc)…
    • Faire du réseautage.. avec ses jolies cartes de visites, aller dans des projections de courts métrages, rencontrer du monde sympathiser boire des coups etc. On se rappellera plus de toi après avoir rigolé en buvant un coup que si tu envois juste un mail..

    Il y aurait beaucoup de choses à dire encore, ensuite l’expérience est différente pour chacun, mais avec ténacité des opportunités apparaissent toujours à un moment ou à un autre… si ton boulot te prend beaucoup de temps et d’énergie ça peut être plus long et laborieux mais au fur et à mesure en faisant tout ça et avec un peu de chance tu devrais avancer vraiment ! En tout cas le plus tôt tu t’y mets le plus vite ça avancera !


    #964

    Ghandizilla
    Participant

    Merci pour la réponse étoffée !

    On m’avait déjà conseillé de démarcher des écoles d’animation, ou de faire des re-scores de trucs connus pour être crédité sur des vidéos consultées, ou de faire des concours, ou mieux, de faire d’une pierre deux coups (des concours à base de re-scoring). A la fois pour le CV (le portfolio) et aussi pour s’habituer aux contraintes de l’image.

    Pour des raisons de temps, je ne peux pas tout faire, donc un choix s’impose. Or, les concours ont beau avoir un côté « quitte ou double » indéniable, si ça marche c’est vraiment une solution rapide (parfaite quand on a 2h par semaine à tout casser pour écrire de la musique, parce qu’il va de soi qu’à une telle cadence, les autres solutions peuvent traîner des années avant de mener à quelque chose, ce qui au pire est toujours mieux que rien, accordons-le).

    D’un autre côté, créer un site est surtout utile lorsqu’on a des trucs à montrer sur de l’image, ce qui n’est pas le cas quand on tente des concours de composition mais se foire derrière. D’où le fait que j’hésite encore à faire un site ou pas, parce que si je fais des concours de composition et que je me plante, le site sera tristement vide d’un point de vue « musique sur de l’image ».

    Sur le fait de côtoyer les réals, je l’ai fait là où j’habite (Poitiers), où tu le devines, tout ce qui est webséries et métrages divers se fait essentiellement par des associations. Ce n’était pas très pro, on me donnait des indications pour au final m’en donner des contraires deux mois plus tard alors que j’avais déjà bouclé le taf et envoyé au fur et à mesure les WIP pour concertation. Pas vraiment leur faute, ils sont juste dispersés entre trop de projets, mais ça calme la joie. Je reste en contact avec eux, mais je ne suis clairement pas dans le coin le mieux doté pour ça. A Limoges, ça ne semble pas beaucoup mieux (le point (b) de mon premier post est dérivé d’une expérience d’un ami travaillant à Limoges).

    Restent les écoles d’animation, qui impliquent un tri entre ce qui est sérieux et a de la gueule, et ce à quoi on ne voudrait pas voir notre nom attaché. Ce n’est donc pas sans risques.

    Dans l’absolu, je me dis que c’est soit les concours pour la voie rapide mais risquée, soit un chemin plus sûr mais plus long à base de re-scoring et de référencement. L’idéal serait de faire des concours à base de re-scoring pour conjuguer les deux.

    Avec du temps, ce serait plus simple, il n’y aurait pas à choisir, et il serait possible de bourriner sur tous les fronts 😉

    #965

    Ghandizilla
    Participant

    > (e) n’écrire que de la musique orchestrale est un handicap (et réciproquement : la versatilité est un atout)
    > et dans le style à la mode… Il faut savoir s’adapter aussi !

    On peut aussi nuancer cela. Mike Verta, je ne sais plus dans quelle masterclass (je crois que c’est dans Unleashed 1), explique que dans les cas où un mec a le malheur de mettre dans son portfolio un genre de musique qu’il n’aime pas écrire (par exemple : du sound design à la Zimmer), il va certainement se faire recruter pour ça, et on peut perdre le goût de la musique à force d’être recruté pour des choses que l’on n’aime pas faire.

    Donc savoir s’adapter, oui. Mais à condition d’y prendre un minimum de plaisir ! 😉

    #1054

    Le_Malin
    Participant

    Bonjour la communauté,

    Très bon post avec de bonnes questions et bien évidemment de bonnes réponses en face 🙂

    Merci à vous !

    #1055

    Ghandizilla
    Participant

    Ptet l’occasion de faire une update, ça fait depuis décembre :

    – je n’ai pas encore lancé de site, faute d’avoir suffisamment de compositions « vendables » (j’avais donc été un peu optimiste avant Noël, et il a fallu que je me fasse défoncer lors de la masterclass de Noël de Mike Verta pour vraiment me remettre en cause)

    – je m’étais inscrit au Marvin Hamlisch Contest mais la deadline est demain (le 13 avril), et en travaillant 50h par semaine sur mes 2 métiers hors-composition, bah je n’ai pas eu le temps de terminer dans les délais -_- (j’avais donc été un peu optimiste sur les concours)

    – en revanche je n’ai pas eu trop de difficultés pour faire entrer des compos dans des music libraries : je commence à avoir des micro-rémunérations qui arrivent, mais vraiment minimini hein (30 balles par mois sur les deux premiers mois)

    Je pense donc qu’une voie viable quand on a très peu de temps, qu’on ne peut pas trop locker un calendrier ou se soumettre à des deadlines strictes, ce sont les music libraries. Mais pour ne pas que ce soit ingrat (éviter l’effet « netariat »), et pour espérer à un moment faire monter les revenus, il vaut mieux au début aller sur des sites de licensing non-exclusif pour pouvoir téléverser les mêmes morceaux sur plusieurs plateformes simultanément. Attention : garder les informations (tags, descriptions) de chaque morceau dans un tableur permet de ne pas y passer trois plombes à chaque fois.

    Un autre truc qui peut aussi faire décoller la situation, c’est essayer de collaborer avec d’autres artistes. J’ai fait un arrangement cordes pour un groupe de rock connu, donc quand leur album sortira en septembre, je verrai bien si ça change quelque chose me concernant. Un ami me propose de faire des musiques sur des vidéos de formation à Photoshop : mine de rien, c’est le genre de vidéo qui peut générer beaucoup d’affluence. Appeler les copains (ou copains de copains) qui font des trucs et croiser les doigts, en gros.

    Hormis cela, on tend à faire beaucoup de mock-ups de pièces qu’on aime bien pour en assimiler le vocabulaire. Je me demande si mettre en ligne certains de ces mock-ups peut générer du trafic, ou si le trafic que ça génère étant très niche (en général d’autres compositeurs), c’est un peu vain.

    #1057

    Le_Malin
    Participant

    Merci à toi pour ce long débrief !

    En effet, c’est très chronophage et c’est bien là où c’est difficile de concilier vie pro (pour vivre au quotidien et payer ses factures) et sacrifier beaucoup de temps libre pour essayer de faire son trou dans le milieu via de la musique en synchro, courts-métrages et plus.

    Les masterclass sont bons aussi pour apprendre, comme d’hab, tu te prends parfois des claques mais c’est très enrichissant 🙂

    Je poste régulièrement des bouts de mes travaux via mon Instagram et je suis beaucoup de compositeurs qui pour la plupart (anglais, espagnol ou australien) m’ont répondu en vivre (je pose souvent des questions sur leur parcours) grâce à des placement librairies ou des compositions sur-mesure pour des commandes précises. Parfois, je me dis qu’ils ont dû être aidés financièrement car quand je vois leur config’ et leur jeune âge et qu’ils te répondent qu’ils en vivent, je m’interroge (et je dis ça sans jalousie).

    J’ai vu aussi des gens faire des mockups, ça fait circuler le nom et tu peux avoir des retours sur ton travail aussi. Ça peut être enrichissant. Pour ma part, je n’en fais pas car pas assez de temps.

    Bref, il faut garder le cap et continuer aussi de se faire plaisir. Il faudrait encore plus de temps haha

     

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Gardez le contact !

214FansJ'aime
94SuiveursSuivre
362SuiveursSuivre
2,414AbonnésS'abonner
facebook